Jeudi 12 Décembre 2019
  • Bienvenue sur Scribmagazine.net - Le Portail Culturel
  • Contactez-nous

Sécurité alimentaire : Tout sur le maïs qui vaut 10 tonnes à l’hectare

L’introduction du maïs hybride en Côte d’Ivoire pourrait lutter efficacement contre l’insécurité alimentaire et accroitre les revenus des paysans.

La production de maïs en Côte d’Ivoire est de 600.000 tonnes contre un besoin de 1.200.000 tonnes. Mais ce déficit dans la production du maïs devrait être comblé dans les années à venir. L’introduction du maïs hybride est en bonne voie.

Différente de la semence du maïs traditionnel, l’hybride est une variété spéciale qui permet de produire 8 à 10 tonnes de maïs en quatre mois contrairement au maïs traditionnel qui produit  au maximum 2 tonnes à l’hectare.  La région de la Marahoué a accueilli une phase expérimentale dudit maïs grâce à une entreprise ivoirienne. En effet, la Compagnie Agro-pastoral de Côte d’Ivoire (Capci) en partenariat avec PIONEER, leader américain du mais hybride, a lancé le projet en novembre 2014 en organisant des paysans de la ville de Bouaflé en Groupement d’intérêt économique (Gie) avec des leaders à leurs têtes.

La ville a été divisée en sections et des variétés de maïs ont été offertes aux Gie qui les ont plantés sur une période donnée. Selon directeur général de Capci, N’Zi Kouadio Séverin qui a présenté le projet, dans leurs locaux au Plateau, ‘’les populations ont totalement adhéré au projet au terme de la phase expérimentale qui s’est soldée par des productions remarquables’’. Selon lui, le projet qui doit être vulgarisé est actuellement en phase expérimentale dans 13 autres régions de la Côte d’Ivoire avec 7 variétés de maïs hybride, afin de voir quelle variété résiste le mieux à chacune des régions. 

«  Notre objectif est d’amener nos paysans à doubler leurs productions. Avec la variété hybride la production atteint 10 tonnes à l’hectare. Ce qui permettra d’augmenter leurs revenus », a dit N’Zi Kouadio Séverin. Mais pour un succès du projet, la Capci attend un appui du gouvernement. Lequel pourrait se traduire par un accompagnement et l’acquisition de terres, en raison des difficultés liés au foncier rural  et l’appui auprès d’organismes, internationaux. L'introduction des hybrides et des intrants a fait exploser les rendements agricoles dans les pays développés. Notamment en France.

Le maïs hybride …

Selon N’Zi Kouadio Séverin, le maïs hybride n’est pas un Organisme génétiquement modifié (Ogm). C’est une semence appelée ‘’F1’’ issue d’un croisement entre deux semences ‘’mal’’ et ‘’femelle’’ représentant les meilleurs caractéristiques dans leurs différentes variétés. C’est un maïs qui permet d’avoir de bons rendements. Le maïs hybride a une technique de planting particulière. Selon le spécialiste, on le plante en ligne avec un espacement de 60 cm entre les rangers, une distance de 23 cm entre les différents trous, qui doivent eux contenir qu’une seule graine dans une profondeur de 4 cm. 

Ces différentes techniques doivent, dit-il, être respectées à la lettre pour atteindre les résultats escomptés. Les plantes hybrides possèdent, en effet,  des ressources génétiques supérieures qui permettent généralement une croissance plus rapide et un meilleur rendement, même en conditions difficiles.

Kuyo Anderson


Commenter l'article