Jeudi 12 Décembre 2019
  • Bienvenue sur Scribmagazine.net - Le Portail Culturel
  • Contactez-nous

5ème édition du Festival Ivoirien de la Création Poétique Jeune

Ange Patricia Kouamé championne du message contre l’immigration clandestine

Goupillé par l’association Ivoire Club Ecriture (ICE), le concours de création poétique jeunes (dénommé officiellement Festival Ivoirien de la Création Poétique chez les Jeunes) a rendu son verdict de la 5ème édition, ce vendredi 8 juin à l’occasion de finale tenue au Goethe-Institut. Mademoiselle Ange Patricia Kouamé a en effet remporté l’édition 2018 du concours de poésie qui abordait cette année la problématique jeune d’actualité sous le thème « Ma plume contre l’immigration clandestine ». « Afrique mon paradis », texte lyrique, à la fois satirique et ironique, de Ange Patricia Kouamé, a séduit le grand jury et le public nombreux massé dans la salle de spectacles du centre culturel allemand pour cette finale. En déclamant un texte vivant, alliant sens et signification, et bien rendu dans sa mise en scène, l’étudiante en Licence de Communication à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody a damé le pion à ses 9 concurrents et mis le jury de son côté. « J’ai préféré servir de repas aux requins / que d’être ignoré par ces politiciens / Qui alors qu’on meurt de faim / clament haut et fort que tout va bien / Qui détruisent nos petits commerces à la lisière des routes / Pour une politique de salubrité qui nous déroute/(…) J’ai vu pleins d’ados sans solutions / Qui comme moi, mourront sur le chemin de l’immigration / ça je ne suis pas seul dans cette embarcation… » a plaint avec forte expression de ses vers les travers de nos univers la demoiselle qui portait sur scène le dépit outre-tombe d’un englouti anonyme de la Méditerranée…

Comme récompense pour son effort remarquable, Ange Patricia Kouamé a reçu un trophée (sponsorisé par l’AECI (Association de Ecrivains de Côte d’Ivoire), représentée par son président Etty Macaire, poète lui aussi assorti à 100 mille francs CFA offerts par la marraine Odile Pohan (Psychopédagogue de renommée nationale), en plus de nombreux livres de littérature générale. Mieux, il faut le noter : la gagnante est repartie avec un contrat d’édition pour la publication d’un manuscrit chez GNK Editions, partenaire du concours. Représentant le Ministère de la Culture, Henri N’Koumo, directeur du livre, a salué l’initiative d’ICE qui prend de l’importance petit à petit sur la scène urbaine. « A l’image du Collectif au nom du slam, il vous appartient de faire émerger des plumes qui pourront faire valoir leurs talents créatifs sur les scènes nationales et internationales » a-t-il engagé la jeune équipe organisatrice du festival présidée par Yves Arsène Kouakou. Créée en 2013, voilà donc 5 ans d’œuvre sourcière d’Ivoire Club Ecriture pour encourager et promouvoir la création littéraire chez les jeunes. Activité phare de l’association littéraire, le festival est donc voué à faire émerger des jeunes talents sur la scène poétique notamment, et ainsi « forcer la main aux maisons d’éditions qui hésitaient à éditer les ouvrages poétiques des jeunes ». Avec beaucoup de réussite, le festival a ainsi produit des valeurs sûres qui grossissent aujourd’hui les rangs des forces vives de la poésie urbaine ivoirienne et de son pendant scénique, le slam. Citons en exemple Placide Konan, Ati Migada, Anicet Kouamé, C’Katcha, etc… et maintenant Ange Patricia Kouamé destinée elle aussi, sans conteste, à un bel avenir sur la scène nationale de ces arts oratoires.

Harding M’Bra

 


Commenter l'article